Un lieu d'histoire

Le tricentenaire du Château de Curzay Edifié en 1710

Les premiers seigneurs de Curzay remontent à Arnould de Curzay (Arnulfus de Cursiaco) qui fut le témoin vers 1025 d'une charte signée par Hugues de Lusignan, restituant à Saint Cyprien de Poitiers une maison située dans le bourg de Lusignan.

Deux siècles plus tard Guillaume II de Curzay suivit le parti de Jean sans terre dans les guerres contre le Roi de France. Il mourut en1218 laissant à son fils Guillaume III le soin de d'édifier, sur le site de Landonnière en surplomb de Vonne, la première des constructions qui se succédèrent avant de former le château actuel. Probablement faut-il attribuer au XIVème siècle l'édification des bâtiments qui composent le domaine et notamment à Denise de Curzay qui fit aveu de la seigneurie du même nom au Comte de Poitiers en 1258.

separation-coquille

 

vuecielnewcomplete685Reconnaissons également par la suite à Artus Ratault, seigneur de Curzay, d'avoir exercé ses devoirs par l'édification en 1517 de l'église paroissiale actuelle dans le bourg et joliment bâptisée "la Chapelle de Notre-Dame-de-Recouvrances".
D'alliances en descendances, le domaine échut d'abord à la famille de Marconnay vers la fin du XVI ème siècle. Il était tout à la fois maison forte, sinon château-fort, habitation seigneuriale et bâtiment d'exploitation. La grande allée face au château n'existait pas encore.

Il fut ensuite vendu à Pierre Riout par sentence d'adjudication le 6 juin 1682 pour un montant de 105 100 livres…

 

separation-coquille

 

vitrailstlouis150Sa veuve, Marie Metayer épouse en secondes noces François de Galucio, Marquis de l'Hopital, Lieutenant Général Gouverneur pour le Roi des villes, pays et Comté de Toul.

Devenue par ce truchement Marquise de l'Hopital, c'est elle qui va entreprendre la construction du château que nous connaissons aujourd'hui. Cette femme très active, s'occupe elle même de ses affaires, vérifie les comptes et les signe. Elle est veuve à nouveau lorsque l'édifice est achevé au mois de juillet 1710. Dirigeant les travaux sur plusieurs fronts du domaine, elle assiste en 1713 à la bénédiction par M. Richard, prêtre, curé de Saint Paul de Poitiers, de la chapelle qui jouxte l'aile sud du château. Elle sera consacrée en 1786


separation-coquille

Les bâtiments actuels sont, quant à l'extérieur, ceux qu'a laissés la Marquise de l'Hopital.
Les sept générations qui succédèrent jusqu'au décès d'Elie de Curzay, en 1939, apportèrent un soin identique au maintien de ce lieu dans l'harmonie de sa création et de son environnement, dont les arbres les plus beaux et les plus anciens remontent à 1770.

 

vicomte150


LE VICOMTE DE CURZAY


Le plus célèbre des descendants, François Borcelas Casimir de Curzay,

dont le tableau en pied orne le grand salon, fut incarcéré avec son père en 1795 pour avoir caché, dans les grottes de Curzay, l'abbé Beauregard, ecclésiastique pourchassé par les errances de la Révolution.
Rayé en 1797 de la liste des émigrés, il fut tour à tour préfet des Deux-Sèvres (1815),  Chevalier de la légion d'Honneur (1822),
Maître des Requètes,
Député de la Vienne (1824), anobli Vicomte, Gentilhomme de la Chambre du Roi
(1825), Officier de la Légion d'Honneur (1826), préfet de la Gironde (1829).
La Révolution de 1830 n'eut pas raison de son loyalisme au roi Charles X.

C'est l'épée à la main, blessé de sept contusions à la tête et d'un coup de poignard au coté qu'il défendit la Préfecture de Bordeaux

 

separation-coquille

 

En 1940, le château fut réquisitionné  puis occupé jusqu'en 1942 par l'armée allemande.

C'est au Colonel L'Hotte, dont l'épouse était l'héritière directe du domaine, et à ses descendants que l'on doit le recueil historique de la vie du château.

L'embellissement du domaine et la rénovation des bâtiments ont été entrepris depuis 1994. Aujourd'hui Membre de l'Association des Relais et Châteaux, le château de Curzay a vocation à rester pour longtemps encore un lieu de sérénité, de calme et d'harmonie.